Luz Bellamare : Empoétineuse et féministe queer

Internet est un territoire souvent hostile, parfois cruel. Mais de temps en temps, on y fait de belles rencontres. C’est après un post dans un groupe facebook de partage de lectures autour du féminisme que Luz m’a contactée. J’étais à la recherche de personnes comme Maëva voulant s’exprimer, partager sur toutes les thématiques qui touchent au féminisme.

D’une rencontre virtuelle à une collaboration à venir

C’était sans me rendre compte qu’une talentueuse et prometteuse poétesse voudrait nous rejoindre dans l’aventure Pretty Boys & Strong Girls.

Après avoir lu son poème Ici et Maintenant, ça ne faisait aucun doute qu’elle aurait sa place parmi nous.

Le monde de l’art est similaire à celui de la grande toile. Il y règne bien souvent la solitude et l’isolement.

Vous pouvez alors imaginer mon excitation dans le début de cette collaboration ! La communauté de PB&SG grandissait encore, petit à petit.

 » Rage ou outrage, envie ou amour, j’affirme mes perceptions et identités multiples « 

Luz écrit déjà pour Le [superbe] Castor Magazine et bientôt nous partagera des poèmes pour les Chroniques d’Hortense. C’est donc avec grande joie et honneur que je vous laisse la découvrir, à travers ses propres mots :


Depuis 6 ans je suis installée en Bretagne, devenue pour moi une terre de prédilection pour écrire et trouver l’inspiration. Je suis très engagée dans la défense des droits des femmes et militante LGBTIQIAP+. Mes é[cri]ts en prose, en luttes et en images, me permettent de sortir des sombres recoins de mon être. Cela fait rage ou outrage, envie ou amour, affirmant mes perceptions et identités multiples au travers de ma poésie.

Portrait de Luz par son amie illustratrice Marie Fonseca

 » Mon ennemi est le patriarcat sous toutes ses formes « 

Je puise dans ma vie, marquée par l’hypersensibilité, pour dépeindre l’amour, le désir saphique, les deuils de la vie, les rencontres, mes coups de cœur et mes coups de gueule. L’écriture est pour moi un exutoire pour apprivoiser les événements de la vie. Je vous parle comme Audre Lorde qui affirmait ses identités multiples :

“Je suis poétesse, empoétineuse, cartographe de l’éphémère, à demi femme-louve, métisse, féministe, guerrière et militante LGBTQIAP+

Me revendiquant féministe intersectionnelle et queer*, mon ennemi est le patriarcat sous toutes ses formes. Par ailleurs, mon féminisme prend sa source dans la volonté de justice pour les femmes, notamment vis-à-vis du harcèlement sexuel et des violences, et incorpore la notion d’intersectionnalité*.

Définitions d’intersectionalité et féminisme queer

*​Intersectionnalité​ : terme créé par Kimberlé Crenshaw en 1991. Le terme désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de domination ou de discrimination dans une société. L’intersectionnalité permet d’intégrer les différences entre les femmes, permettant d’aller au-delà de la notion même de féminisme.


*Féminisme queer​ : le féminisme queer a émergé en France au cours des années 1990, soit environ une décennie après les premières expérimentations états-uniennes. Il est à la frontière des problématiques dites LGBT (Lesbienne, Gay, Bi, Trans) et féministes. Le féminisme queer s’oppose aux féminismes essentialiste ou différentialiste et se distingue parfois des structuralistes classiques.

Il différencie le type sexuel biologique (mâle/femelle) du genre (masculin/féminin) et critique une société qui tendrait vers l’hétéronormativité. C’est-à-dire, qui méprise les individus n’adoptant pas l’hétérosexualité, voire qui poserait l’hétérosexualité comme un résultat naturel, inné ou encore, comme une obligation morale. Une telle conception réduirait le genre au seul type sexuel acquis à la naissance.

La théorie queer est fortement influencée par le travail de Gloria Anzaldúa, d’Eve Kosofsky Sedgwick et de Judith Butler. Elle s’appuie d’une part sur l’idée féministe selon laquelle la sexualité est une partie essentielle de la construction de soi. Mais aussi sur une conception moins normative du social et sur le droit au libre choix des comportements et des différences.

Le slogan auquel j’adhère : “Mon corps est un champ de bataille”.


En attendant de lire ici ses poèmes, retrouvez Luz sur Instagram et Facebook.

Son premier recueil de poèmes Fleur de Peau a été publié aux éditions Lys bleu et est en commande dans n’importe quelle librairie !

Note : 5 sur 5.

Art Artiste à découvrir collages dessin dessins essai Féminisme Inspiration Instant lecture intersectionnalité lgbtq Littérature parentalité Poésie prettyboys prettyboysandstronggirls process processus artistique questionnement quotidien récit intérieur selflove stronggirls égalité épilation

Laisser un commentaire